Loading...
Le temps des Braves 2021-04-15T20:59:55+00:00

Le baseball amateur et professionnel mineur chez nous

Durant cette période, ce sont les Braves qui représentent la ville de Saint-Jean sur la scène québécoise du baseball amateur et professionnel mineur. Ils vivent leurs premières heures de gloire au terrain du Centre Sportif (angle Laurier et St-Georges, dans la cour arrière du Séminaire), où ils attirent plus de 1800 spectateurs en moyenne à leurs matchs locaux.

Tout d’abord au cours de la saison ’44, ils évoluent dans la Ligue Starr (sénior) avec les équipes de Beauharnois, Sorel, ainsi que cinq équipes de la région métropolitaine, Lachine, Cherrier, Ville Émard, St-Clément et les Facteurs. Les Braves méritent le titre des séries éliminatoires et le championnat de l’Est du Canada avec des joueurs québécois de St-Jean et des environs.

De 1947 à 1949, ils adhèrent à la Ligue Provinciale indépendante, qui deviendra professionnelle mineure reconnue de classe (C) par le réseau des filiales du baseball majeur de 1950 à 1955.

En 1947, les Braves rejoignent les eìquipes de Granby, St-Hyacinthe, Farnham, Sherbrooke, Drummondville, Acton Vale et Lachine, qui ne terminera pas la saison, au sein de la Ligue Provinciale, circuit indeìpendant non affilieì au baseball majeur. Le »flamboyant »Jean-Pierre Roy et plusieurs joueurs américains s’alignent avec les Braves, qui comptent aussi quelques joueurs locaux dans leur rang. DeuxieÌme au classement de la saison reìgulieÌre avec une fiche de 37 victoires, 29 deìfaites, ils disposent de Drummondville en finale avec 4 victoires contre 2 eìchecs. Les exploits individuels de la saison ’47 au monticule chez les Braves reviennent au lanceur gaucher de 36 ans, Pete Blumette, qui retire 21 frappeurs au bâton, n’accordant que deux coups sûrs dans la victoire des siens 5 à 1 contre Granby, le 27 juin. De plus, à sa fiche il ajoute une séquence de 29 manches consécutives sans accorder de point à ses adversaires. Il est, par la suite, échangé aux Saints de St-Hyacinthe l’année suivante, ces derniers éliminant alors la formation johannaise en demi-finale.

La saison 1948 marque l’arrivée massive des joueurs étrangers (américains, afros et latinos) dans la ligue et plusieurs empruntent une fausse identité, car les »déserteurs »sont suspendus par le commissaire du baseball majeur pour s’être joints, l’hiver précédent, à un club de la nouvelle ligue du Mexique, qui voulait concurrencer les ligues américaines en offrant de meilleurs salaires. Le calibre de jeu est à son apogée, mais les coûts d’opération des équipes montent en flèche. Suite au retrait d’Acton Vale, six équipes demeureront en compétition jusqu’en 1950. Deuxième au classement de la saison régulière (56-44), les Braves s’inclinent (3-0 ) devant St-Hyacinte en demi-finale. Tout comme la saison dernière, quelques québécois sont de l’alignement, parmi eux on note Jean-Pierre Roy, joueur-gérant, René Dufort, Guy Langlois, Réal Roy, Maurice Guérin, Jean-Paul Mérineau et Jacques Tarte. À l’issue de la saison ’49, ils se classent quatrième (46-51) avant d’être éliminés (4-3) par Farnham, à nouveau en demi-finale.

La saison 1950 sera aussi glorieuse pour les Braves, champions incontestés du calendrier régulier (58-49) et des éliminatoires devant Sherbrooke (4-3), que celle de ’51 fut décevante, 6e au classement (52-68), les Braves sont exclus des séries.

Joueurs des Braves ayant évolué avec une équipe des ligues majeures avant ou après un passage à Saint-Jean :

  • 1950 – Carlos BERNIER (1953, Pirates de Pittsburgh)

  • 1948 – Buzz CLARKSON (1952, Braves de Boston)

  • 1950-51 – Ruben GOMES (1953 à 1960, 62, 67, Giants, Phillies , Indians, Twins)

  • 1947 – Ebba ST.CLAIRE (1951 à 1954, Braves de Boston et Milwaukee, Giants de New York)

  • 1951 – Valmy THOMAS (1957 à 1961, Giants de New York et San Francisco, Phillies, Orioles, Indians)

  • 1949 – Alex CARASQUEL (1939 à 1945, 49, Sénateurs de Washington, White Sox)

  • 1948 – Bobby ESTALELLA (1935, 36, 39, 41 à 45, Sénateurs de Washington, Browns de St-Louis, Athletics de Philladelphie)

  • 1949 – Lou KLEIN (1943, 45, 46, 49, 51, Cardinals, Indians, Athletics de Philladelphie)

  • 1947-48 – Jean-Pierre ROY (1946, Dodgers de Brooklyn)

  • 1949 – John CORRIDEN (1946, Dodgers de Brooklyn)

  • 1950 – Jim DEVLIN (1944, Indians)

  • 1949 – Glen GARDNER (1945, Cardinals)

  • 1949 – Red HAYWORTH (1944, 45, Browns de St-Louis)

  • 1949 – Don SAVAGE (1944, 45, Yankees)

  • 1949 – Walter SIGNER (1943, 45, Cubs)

Joueurs des Braves ayant évolué dans les ligues des noirs aux  États-Unis avant ou après leur passage à Saint-Jean :

Avant l’arrivée de JACKIE ROBINSON avec les DODGERS DE BROOKLYN en 1947, suite à un remarquable séjour avec les ROYAUX DE MONTRÉAL en 1946, les joueurs noirs étaient totalement exclus des équipes du baseball majeur. Les LIGUES DES NOIRS étaient les seules dans lesquelles ils pouvaient s’aligner.

  • 1950 – Earl ASHBY

  • 1949 – Chet BREWER

  • 1950-51 – Ernest BURKE

  • 1950 – 51 Luis CABRERA

  • 1948 – Buzz CLARKSON

  • 1950-51 – Walter HARDY

  • 1948 – Carrenza HOWARD

  • 1948-49 – Terris Mc DUFFIE

  • 1950-51 – Alex NEWKIRK

  • 1951 – Clyde PARRIS

  • 1948 – Leon RUFFIN

  • 1949 – John STANLEY